• Retour au Pic

    Retour au PicAprès une visite en septembre dernier alors que le Pic du Midi de Bigorre était en train de battre le record de la plus longue période sans gelée (établie le 1er octobre 2018 après 109 jours sans que le mercure ne tombe sous le zéro), me voici de retour sur ce site mythique, après un autre record établi le 27 juin 2019 : celui de la température maximale la plus haute jamais relevée sur le site (ouvert en 1878, il y a plus de 140 ans) : 21,1°C, on est quand même à 3000 mètres d'altitude ! Il fait bon aussi, aujourd'hui avec 13°C.

    Mais parlons plutôt astronomie : le Pic abrite des instruments de tout premier plan dans un des ciels les plus purs d'Europe. Parmi eux, un coronographe, qui simule une éclipse solaire de manière permanente, ce qui permet d'étudier la couche supérieure du soleil invisible sinon : la couronne.  Mis en service il y a 70 ans par Bernard Lyot il photographie depuis notre étoile (soit la plus longue base de donnée sur la couronne solaire au monde).

    À l'arrière de l'observatoire, sur l'image présentée, la première coupole est celle qui abritait le sidérostat :  un appareil à miroir, donnant une image du ciel immobile par rapport à la Terre. Il sera remplacé très bientôt par un télescope dédiée à l'observation grand public du soleil.  La coupole située immédiatement à la gauche de celle du sidérostat abrite un télescope de 2 m, le plus grand de France métropolitaine, et qui sert à étudier le champ magnétique des étoiles. Il va d'ici peu être équipé d'un instrument qui va lui permettre de détecter les exoplanètes. À sa gauche, la plus grande coupole, mais aussi la plus ancienne montée en 1906 à dos de mule pendant deux étés, est désarmée et abrite désormais le planétarium du site. Complètement sur la gauche de la photo (coupée), la coupole du T60 qui abrite un télescope gérée par une association d'amateurs passionnés.

    À noter aussi la présence (hors champs) d'un télescope de 1m qui a servi a cartographier la Lune pour les missions Apollo, et qui étudie désormais les astéroïdes du système solaire.

    EOS 1000D - Canon 24 mm STM - 1/125 s - f/4 - 400 ISO


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :