• Clavier Bépo

    Clavier Bépo (1)Une fois n'est pas coutume, je ne vais pas vous parler astro, mais informatique, et plus exactement ergonomie. Je tente depuis plusieurs jours de passer du clavier azerty au clavier bépo. Et j'aimerai tracer à travers quelques billets mes progrès de cet apprentissage. Pour faire court, la disposition azerty (dont l'origine reste inconnue) n'est pas la plus ergonomique, dans le sens où les lettres les plus utilisées ne sont pas très accessibles (le 'a' sont sur la ligne dessus de celle de base, par exemple et le 'é' est encore au dessus !). Le bépo, construit spécifiquement pour le français, réduit le "kilométrage" des doigts sur le clavier. Il permet aussi de taper en s'accordant moins de licences typographiques (comme mettre des accents aux majuscules). Pour en savoir plus, je vous invite à aller sur le site bepo.fr

    En lisant d'autres billets de personnes ayant tenté l'aventure, j'en tire plusieurs enseignements :

    1. L'apprentissage n'est pas aisé, il faut y passer du temps, et il faut donc persévérer, ce qui n'est pas facile quand la vitesse de frappe en azerty est déjà satisfaisante.

    2. Retrouver une vitesse de frappe satisfaisante prend du temps. J'ai la "chance" de mal écrire en azerty, avec beaucoup de retour arrière, ce qui place ma vitesse de frappe (calculée sur dactylotest mais lecturel est intéressant aussi !) à 45 mots/minutes. Je devrais donc retrouver cette vitesse de frappe d'ici deux ou trois mois, j'espère.

    3. Acheter des autocollants bépo pour voir les lettres sur son clavier est contreproductif, le but étant de taper des dix doigts sans regarder son clavier.

    Une page intéressante à lire : la technique de progression m'a plu.

    À suivre !


  • Commentaires

    1
    Samedi 3 Juin à 21:02

    Voici trois semaines que j'ai commencé l'apprentissage du bépo. Avec Klavaro, j'en suis à la leçon 32 (sur 43), c'est à dire que je sais où sont placées l'ensemble des lettres sans regarder le clavier, y compris les accentuées, et la plupart des signes de ponctuation. À noter juste que le ù, que l'on obtient directement sur un clavier azerty, se fait avec la combinaison AltGr+u. Ceci dit, le ù ne se trouve que dans le mot « », en français.

    Je reprend quelques leçons avec bepodactyl, car ce site internet insiste plus sur la précision que Klavaro. Mais c'est vrai que tout recommencer alors que l'on a fait une faute sur l'avant-dernière lettre, ça peut être frustrant. C'est pourquoi, je recommande de commencer par klavaro puis quand la « cartographie » des lettres est à peu près su, faire du bepodactyl pour être plus précis.

    Pour ce qui est de la vitesse, il y a un effondrement, puisque de 45 mots/minutes en azerty, je suis passé à 9,7 en bépo, la précision étant aussi « bonne » en bépo (87%) qu'en azerty (mais qui elle même n'était pas bonne...). Mais j'ai pu quand même écrire un texte de 500 caractères intégralement en bépo, et rien que cela c'est intéressant !

    Pour le travail « opérationnel », je suis un peu plus partagé, je me rends compte que je travaille souvent à la volée, parfois même debout devant mon clavier, et sans marquage bépo des touches (que je déconseille pourtant pour apprendre) c'est pas toujours évident. Il faut s'asseoir et placer ses mains correctement, c'est une discipline qui peut rebuter, je pense.

    Mon analyse au bout de ces trois semaines, c'est qu'il faut y consacrer du temps et parfois lutter contre le découragement. Mieux vaut s'y mettre pendant une période creuse où on aura pas la tentation de rebasculer en azerty (que je n'ai pas oublié entre temps) et avec suffisamment de motivation. Mais la récompense est au bout du chemin, les mains dansant moins sur le clavier, c'est quand même plus confort à défaut d'être plus rapide, pour l'instant.

    À suivre.

    2
    Lundi 14 Août à 15:15

     

    Voici le bilan au bout de trois mois d’apprentissage : la cartographie du clavier est parfaitement sue pour les trois premières lignes (base, celle du dessus et celle du dessous). La rangée des chiffres est moins maîtrisée, même si je vois à peu près ce que font les touches de cette ligne). Je tape à 25 mots par minute (vitesse calculée par dactylotest) avec une précision de 93 % – tiens, je ne trouve pas immédiatement le « % » …

     

    J’ai abandonné assez vite «klavaro», que je trouvais trop rébarbatif et me suis concentré sur le site «bépodactyl», même si ce dernier est parfois agaçant : en effet, dès qu’il y a une faute de frappe, il faut retaper entièrement la ligne, mais c’est le jeu : la précision plutôt que la vitesse, tel est le secret… Je suis passé trois fois sur les 21 leçons, mais je fais encore beaucoup de fautes. C’est pourquoi, je suis passé à la partie « tridactyl », en mode trois mots, avant de reprendre, bientôt pour la quatrième fois les exercices bépodactyl.

     

    Côté matériel, pas de clavier bépo, l’offre est trop rare et chère. Je pense que l’adoption prochaine de la norme par l’AFNOR va motiver les industriels à en proposer à des prix plus accessibles, même si les claviers restent décalés. En attendant, je n’ai pas acheté d’autocollants, c’est mieux pour apprendre, mais pour saisir les mots de passe ou à la volée, c’est vrai que le marquage manque parfois.

    À suivre…

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :